Le chacal et la hase – Uccen d tewtult

Cette page bilingue français-berbère est à l’attention particulièrement des familles et des enfants pour faire découvrir, en vrai par le texte, le roman de chacal de Brahim Zellal.

Nous vous souhaitons bonnes lecture et écoute !

Asebter-agi asinutlayan tafransist-tamaziɣt, atan i twaculin d tarwa akken ad issinen – s tidett deg yeḍrisen – tamacahutt n wuccen i d-yeǧǧa Brahim Zellal.

Nbudd-awen taɣuri d timesliwt igerrzen !


Uccen d tewtult

Tusa-d tefsut : tezzegzew tmurt, teǧǧuǧǧeg, fsan isekla (ṭṭjuṛ), ttarwen yirɣeṛsiwen (lewḥuc). Iṛuḥ wuccen yewwet-as tajewwaqt (llir) i tewtult, yenna-yas :  » Yessetma-m, aha-tent sɛant-d arraw-nnsent : a ten awint i tziri ad jɣellben di leḥcic, ad ččen zzeɛṭeṛ neɣ asegmi ufeqqus. Kemm, qqim dagi a kem yessumut ugellid n yiɣeṛsiwen ! ».

Ur as-d-terri tewtult d aɛṛab wala d aqbayli, maca tegr-d tinexsas : nneḍen-as lehduṛ n wwuccen i wul-is, am cečči, qebṛen-tt.

Ɛeddan kra n wussan, tuɣal tuɣ awal n wuccen : tṛuḥ s izem, tenna yas s tergigit :  » ay agellid n yiɣeṛsiwen, ad iyi-tserrḥeḍ, bɣiɣ ad ṛuḥeɣ, eɛyiɣ ! ».

Yeɛṛeḍ yizem a tt-id yeṭṭef, a tt-yerr s abrid : iḥawet, yessaged, ur yufi.

Teɛṣa-t : abaden !

Yewwet-itt, yeṛẓa-tt.

Yenna yas :  » Ddem a Ben Yaɛqub, a tt-neṭleḍ ! ».

Yewwi-tt wuccen, yečča-tt, yemceḥ idammen.

Yefṛeḥ, iǧeɛɛel (iɣil) ussan yelhan qṛib a dd-uɣalen.

 

 

Le chacal et la hase

Le printemps vint. La terre se couvrit de verdure et de fleurs, les arbres, de feuilles tendres ; les bêtes eurent leurs petits. Le Chacal alla trouver la Hase pour lui chanter sa chansonnette : « tes pareilles, lui dit-il, ont déjà des levrauts : elles les conduisent, au clair de lune, faire des culbutes dans l’herbe et brouter le thym ou les tiges rampantes du melon. Toi, reste ici pour servir d’oreiller au roi des animaux ! ».

La Hase ne lui répondit rien sur le moment, mais elle poussa des soupirs : les paroles du Chacal lui firent l’effet d’un poison et elle en avait le cœur gros.

Au bout de quelques jours, elle suivit ses conseils, alla trouver le Lion et lui en tremblant :  » Roi des animaux, rends-moi ma liberté, je voudrais m’en aller ; je suis fatiguée ! ».

Le Lion essaya de la retenir, de la ramener à la raison. Il supplia, menaça, en vain. Alors, il la brisa d’un coup de patte et dit : « Allez, Ben Yacoub, va enterrer ! ».

Le chacal l’emporta, la dévora et se reput de son sang. Il se réjouit en pensant : les beaux jours pourraient bientôt revenir !