At Zik – Nos Anciens

Belaid Ait-Ali, de son nom d’état civil Izarar Belaid, est un auteur d’expression amazighe. Il est né le 25 novembre 1909 à Bouira; il est mort prématurément à l’âge de 41 ans. Son oeuvre constitue un moment important dans l’histoire de la littérature amazighe de Kabylie. Tout en reprenant des genres et des textes de l’oralité traditionnelle, Belaid Ait-Ali les a retravaillés pour y injecter une tendance à la modernité littéraire. Mohand Akli Salhi (https://www.paris-iea.fr/fr/les-publications/mohand-akli-salhi )

 

At Zik

Tagi, mačči d tamacahutt, mačči d taqṣit : d ayen yeḍran, d yiwen “wawal”. D awal, yenna-t yiwen wemdan mazal-it yedder ar tura. Tura meqqer di leɛmer, yerna yeḥbes deg wexxam; waqila yehlek.

Nekkini s yiman-iw, ur-t-id-ssawḍeɣ ara asmi yella yebded ɣef yiman-is, iteffeɣ, ihedder : imiren meẓẓiyeɣ. Lamaɛna, ḥekkun-d fell-as, qqaren d amusnaw ameqqran. Ladɣa, ad yili d tidett, axaṭer ixuleḍ imdanen aṭas.

Netta, cci, yesɛa d ayen ur nferru : d ixxamen, d tiferkiwin, d idrimen; yerna, ɣur-s setta neɣ d sebɛa warraw-is, (welleh ma ẓriɣ, ulamma yiwet n tmurt-nneɣ). Lḥaṣun, s tmesɛiwt-nni yesɛa, yekcem ger lɛulama, wid yeɣran, imussnawen, almi d ulamek. (D netta, dɣa, la k-qqaren, i s-yennan : asmi ur sɛiɣ ara, d igellil, d amellaẓu, awal-iw ur yesɛi ssuma; tura imi rebḥeɣ, rwiɣ, win yekkren yin’as yessen !).

Lḥaṣun, yiwen wass, ihedder-as i yiwen deg warraw-is, yessefham-it; yenna-yas :

– Mi ara d-yas yiwen ɣur-k a k-iciwer bac ad tdebbreḍ fell-as, daymen mel-as abrid yelhan, d win yebɣun yili, ama tḥemmleḍ-t; ama tekriḍ-t, ama d aɛdaw-ik, ama d aḥbib-ik.

Yenna-yas mmi-s :

– Amek ? Acimi ?

Yenna-yas :

– Daymen mel-as abrid yelhan, axaṭer, ma d aḥbib-ik, tḥemmeleḍ-t, mi s-temliḍ abrid-nni n lɛali, ad ak-yaɣ awal, a t-yetbeɛ, dɣa ad yaf lecɣal ggerrzen. Ma d aɛdaw-ik, diɣen, ula d netta mel-as abrid-nni teẓriḍ ad yerbeḥ deg-s, axaṭer, imi t-tekriḍ, ula d netta yekra-k, yerna yeẓra-k tekriḍ-t : dɣa, ur k-yettamen ara, ur k-yettaɣ ara awal; ur yettamen ara wul-is a s-temleḍ rray iweqmen; dɣa mi k-yeṭṭaxer kan, a s-yini : aɛdaw-agi-inu, d abrid n dir kan i yi-d-yemla ! Rǧu : ad aɣeɣ abrid nniḍen ! Atan yuɣ abrid n dir…Daɣnetta, atan, trebḥeḍ-t irkelli : Rebbi, trebḥeḍ ɣur-s ttwab imi temliḍ abrid n lɛali; ma d aɛdaw-ik, tefkiḍ-t i wegrireb !

D ayagi. D wagi i d awal, d wagi i d ttedbir yemmal umussnaw-agi i mmi-s. Tura, dacu ara tiniḍ, ay amdan ? Dacu n tmussni, dacu n lmeɛna ar d-tjebdeḍ, ay amdan, di lɛqel am wagi ? Nekk, lḥaṣun, ur ufiɣ ara iniɣ.

 
Tasuqqelt ar tefransist / traduction en français
Nos anciens
Ceci ne relève ni du conte ni de la légende : c’est du vécu. C’est une réflexion qui fut faite par un brave homme qui vit encore. Il est âgé ; il ne sort plus et il se pourrait qu’il soit malade.
Je ne l’ai pas connu personnellement quand il était dans sa pleine force, qu’il sortait librement et conversait volontiers : j’étais trop jeune alors ; mais, d’après ce qu’on dit, c’était un homme de grande expérience. Ce doit être exact, car il a fréquenté toutes sortes de gens.
Il était extrêmement riche, en maisons, en terres, en argent et il avait eu six ou sept fils, (exactement combien je ne sais pas, bien que nous soyons du même village). Sa richesse lui avait donné entrée dans le monde des lettrés, des gens instruits et de bon conseil, si bien qu’il avait acquis lui-même instruction, éloquence et grande sagesse. (On rapporte de lui cette parole : Quand je n’avais rien, quand je souffrais de la pauvreté et de la faim, mon avis ne valait rien. Maintenant que je suis à l’aise et que tout abonde chez moi, le premier venu me proclame homme d’expérience !).
Bref, un jour qu’il devisait avec l’un de ses fils dont il voulait former l’esprit, il lui dit :

  • Conseille toujours pour son bien celui qui vient te demander avis pour se tirer d’embarras, qui que ce soit, ami ou ennemi, que tu l’aimes ou non…

Son fils demanda :

  • Comment donc ? Et pourquoi ?

Il répondit :

  • Conseille-le pour son bien : si c’est un ami, que tu l’aimes, il tiendra compte de ton avis et tout ira bien pour lui ; si c’est un ennemi, donne-lui le conseil que tu sais être pour son bien : en effet, si tu ne l’aimes pas, il ne t’aime pas non plus et il doit savoir que tu ne l’aimes pas : il se méfiera donc de toi et agira au rebours de tes conseils : il ne lui viendrait pas à l’esprit que tu puisses vouloir son bien. À peine t’aura-t-il quitté qu’il pensera : un homme qui me veut du mal n’a pas pu me mettre sur la bonne route : mais, doucement ! Je vais en prendre une autre ! Le voilà donc engagé du mauvais côté et toi, tu gagnes de deux façons : envers Dieu, tu as le mérite d’avoir bien fait puisque tu as bien conseillé ; quant à ton ennemi, tu l’as mené à sa perte !

Voilà la réflexion dont je parlais. C’est ce conseil que donna ce sage à son fils. Que dire après cela, lecteur ? Quelle instruction, quel profit tirer de cette sagesse ? Pour moi, je ne sais que dire.