La cervelle de Renard

Axecxac n ubareɣ – Cette page bilingue français-berbère est à l’attention particulièrement des familles et des enfants pour faire découvrir, en vrai par le texte, le roman de chacal de Brahim Zellal.

Nous vous souhaitons bonnes lecture et écoute !

Asebter-agi asinutlayan tafransist-tamaziɣt, atan i twaculin d tarwa akken ad issinen – s tidett deg yeḍrisen – tamacahutt n wuccen i d-yeǧǧa Brahim Zellal.

Nbudd-awen taɣuri d timesliwt igerrzen !


Axecxac (lmux) n ubareɣ

Uccen iḥili yettkel yerna ixxedamen irkwell ekkes abareɣ, mmi-s n ɛemm-is. Abareɣ yuki d wuccen d ucewwel-is, yebna f yiman-is. Maca, ayen yebɣa Ṛebbi ad yeḍru : urant.

Yiwwas, yuḍen yizem aṭṭan afessas : yewwet-it ubeḥri. Yečča timellalin di ticcert; armi ur d-yefki yara Ṛebbi tawwurt, yesnejmaɛ-d ixxedamen yirkwell, icawṛ-iten. Yal yiwen d aḥeckul d-yerna.

Yenna-yas ubareɣ : « Ttcekkiṛen idammen n wuccen : qqaren d ddwa ameqqran ».

Yexẓer yizem Si Mḥemmed…ffɣen ddaw-as.

Yerna-d wuccen :  » D tidett ay agellid n yiɣeṛsiwen, maca ma xelṭen deg uxecxac n ubareɣ ».

Yewwet yizem abareɣ, iɣeḍel-d axecxac-is, yemmut. Yejreḥ wuccen iman-is agzam ameẓyan, isenga-d kra n tmeqqwa n idammen, ggan ddwa i ugellid n yiɣeṛsiwen.

Yenna-yas yizem :  » Ddem a Ben Yaɛqub, a tt-neṭleḍ ! »

Yewwi wuccen abareɣ armi d targa, yečč-it . Yenṭel kan taglimt d yeɣsan. Yefṛeḥ, yenna deg wul-is : « tura ur yelli wugur wala aɛekkur ».

La cervelle de renard

Le chacal se vantait d’être le plus malin des courtisans du lion, à l’exception, toutefois, de son cousin le Renard. Ce dernier se méfiait des agissements de l’autre, mais ce qui devait arriver arriva : c’était écrit.

Un jour, le lion tomba malade, d’une légère maladie : il s’était enrhumé ! Il mangea bien une omelette à l’ail, mais aucun mieux ne se fit sentir. Alors, il réunit tous ses courtisans et leur demanda conseil : chacun vanta un remède plus ou moins magique : « le sang de chacal est un remède souverain, à ce qu’on prétend », dit le renard.

Le lion jeta un regard sur Sidi Mohamed qui, du coup s’était …. oublié.

« C’est exact, Ô Roi des animaux, ajoute-t-il, mais il faut que mon sang soit mélangé à la cervelle de renard ».

D’un coup de patte, le Lion fracassa la tête du renard qui en mourut. Le chacal se fit une petite blessure (d’où) quelques gouttes de sang perlèrent et l’on confectionna un médicament pour le roi des animaux :

« Va enterrer Ben Yacoub ! » dit le Lion.

Le chacal emporta la dépouille vers le ravin et la dévora, n’enterrant que la peau et les os.

Joyeux, il pensait désormais, il n’y a plus le moindre petit obstacle !

Sidi Mohamed (Sieur Mohammed) / Ben Yacoub (Fils de Jacob) – nomination du chacal marquant par là le fait que le chacal n’est qu’une représentation d’un humain.